L-J-M

Contes, Légendes, Traditions, Féerie,Ecriture, Graphisme
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Korrigans

Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe Triskell
Germe de Lutin
avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Les Korrigans   Lun 19 Déc - 13:27

A Riantec, il y avait autrefois une veuve qui avait un fils. Tous deux vivaient pauvrement, et ils étaient obligés de tirer la charrue à tour de rôle parce qu'ils n'avaient pas assez d'argent pour acheter une paire de boeufs. Néanmoins, la veuve tirait parti de tout ce qu'elle pouvait et sa cabane était tenue très proprement. On ne tarissait pas d'éloges sur elle, dans le pays, et on aurait bien voulu qu'elle se tirât d'affaire. Malheureusement, les temps étaient rudes alors, et personne ne pouvait les aider autrement qu'en leur donnant parfois du pain et quelques galettes de blé noir. Cela n'empêchait pas le fils d'être un beau garçon courageux au travail.
Or, une nuit, la veuve eut un songe : elle se vit dans une grande forêt à la poursuite d'un attelage tiré par deux boeufs blancs et noirs. Au bout d'une course épuisante, elle parvenait enfin à rattraper l'attelage et elle le ramenait à la maison. Elle fut très impressionnée par ce rêve, et, le matin, elle dit à son fils :
- Allons à la foire d'Hennebont pour y chercher une paire de boeufs.
- Mais, ma mère, répondit le fils, nous n'avons pas le moindre argent !
- Cela ne fait rien, dit-elle, je sais que j'en trouverai.




Ils partirent donc pour la foire d'Hennebont. Ils marchaient d'un pas rapide et, à la croisée de trois chemins, ils virent un petit homme sortir de dessous la terre et venir vers eux.
- Où allez-vous comme cela ? demanda le petit homme.
- À la foire, à Hennebont, répondit le fils, pour acheter une paire de boeufs. Mais nous n'avons pas d'argent pour payer.
- Si vous descendez avec moi dans ce trou, dit le petit homme, et si vous savez vous comporter comme il faut, je vous garantis que vous ne manquerez de rien.




Ils suivirent le petit homme et s'engagèrent dans un trou, au milieu d'un buisson. Le trou leur paraissait bien trop petit pour eux, mais quand ils descendirent, ils ne sentirent aucun gêne. Ils furent alors saisis d'étonnement, car ils se trouvaient dans une grande maison remplie d'enfants qui n'étaient pas plus grands qu'un sabot de bois. C'étaient tous des korrigans. On leur dit que le père était très malade et sur le point de mourir, mais que s'ils connaissaient quelque remède, ils en seraient récompensés largement. La veuve réfléchit et demanda qu'on allât lui chercher des herbes. Les korrigans sortirent et revinrent peu après, apportant ce que la femme avait demandé. Alors elle confectionna des tisanes et les fit boire au malade. Celui-ci commença à se sentir mieux.
- Si vous sauvez mon mari, leur dit la mère des korrigans, vous ne manquerez jamais plus de rien.




Ils restèrent là trois jours et trois nuits à soigner le père des korrigans, mais ils ne trouvaient pas le temps long et s'imaginaient être là seulement depuis trois heures. Le père des korrigans fut bientôt guéri. Il dit à la veuve et à son fils

- Venez avec mon épouse et moi-même. Nous vous donnerons une maison et tout ce qu'il faut pour bien y vivre.

Ils arrivèrent à un grand bois dont les arbres n'avaient pas été élagués depuis bien longtemps. Le korrigan se dirigea vers une grosse pierre que, malgré sa petite taille, il souleva sans difficulté. Il y avait là un trou, très profond, mais très étroit, comme celui que la veuve et son fils avaient emprunté pour aller chez les korrigans. Le petit homme leur demanda d'y pénétrer.
Ils descendirent et furent bien étonnés de ce qu'ils voyaient : il y avait là une grande maison, avec de beaux meubles et de la vaisselle abondante, et de bons lits avec des couvertures. Par la fenêtre, on voyait une prairie bien verte, avec des vaches et des boeufs qui paissaient.

- Tout cela est à vous, dit le père des korrigans. Vous mérité puisque vous m'avez sauvé la vie. Mais je dois vous avertir qu'un grave danger vous menace. Dans huit jours, quelqu'un viendra ici. C'est mon père. Il est vieux et très méchant. Il viendra ici pour vous effrayer et tenter de vous chasser. Si vous refusez de partir, il vous tuera après avoir prononcé contre vous toutes sortes de malédictions. Mais je vais vous dire ce qu'il faut faire. Quand vous l'entendrez arriver, que la mère se place au pied du lit tandis que le fils se cachera dessous. Mon père aura un énorme couteau et un revolver à sept coups, mais quand il tirera, jetez-vous par terre et il ne pourra vous atteindre. Il essaiera alors de vous tuer avec son couteau et c'est alors que votre fils interviendra. Mais, je vous l'assure, s'il vous attrape, il vous tuera.




a huitième nuit, la mère et le fils entendirent un grand bruit et commencèrent à trembler. Ils virent le vieux korrigan qui tempêtait et jurait.

- Ah ! criait-il, je vous vois et vous êtes à moi !

Il les pousuivait l'un et l'autre. La mère se plaça au pied du lit tandis que le fils se cachait dessous. Il tira sept coups de revolver, mais la veuve s'était jetée par terre et elle ne fut pas atteinte. Alors, le vieux korrigan brandit son couteau, qui était presque aussi grand que lui-même, et se précipita vers la pauvre femme. Mais, à ce moment, le fils sortit de dessous le lit et lui coupa la tête. Alors, à ce même moment, arrivèrent des korrigans en grand nombre, ils étaient sûrement plus d'une centaine. Ils riaient et dansaient de joie en répétant :
- Que s'est-il donc passé ici ? Que de plaisir nous allons avoir ! Il est mort, le barbare, le cruel qui nous tyrannisait ! Nous allons faire la fête. Nous danserons et nous planterons un arbre en signe de notre liberté.

Et les korrigans manifestaient bruyamment leur joie. Quant à la veuve et son fils, ils vécurent tranquillement dans la maison que leur avaient donnée les korrigans, et ils ne manquèrent jamais de rien.



FIN

conte extrait du site : http://maitre.cles.free.fr/pages/le_barde/contes-bretagne.htm#roikorrigans
Revenir en haut Aller en bas
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 13:56

Autre histoire de Korrigans

Il y avait une fois un bossu nommé Corentin. C'était un excellent musicien , toujours demandé pour animer les noces et les fêtes . Il supportait sa bosse avec courage mais depuis longtemps, il était amoureux de la belle Katell. Il n'osait pas se déclarer car il avait honte de son dos tordu.

Un soir, en rentrant très tard d'un bal de noce très arrosé, il se trompa de chemein et se retrouva dans la lande, loin du bourg.Cela le dessoula et il s'aperçut qu'il était tout proche du village de Motenn-Dervenn où vivent les Korrigans. Si ceux-ci le voyaient , ils l'entraineraient dans leurs danses jusqu'à ce qu'il meurt d'épuisement.

Prudent, Corentin marcha avec précaution évitant de se faire remarquer.
il fut pourtant attiré par les chants et la musique venant de la lande . Il s'approchaet découvrit les Korrigans, chantant et dansant autour du feu.
Leur chanson , toujours la même, disait à peu près ceci:

"Lundi, mardi ,fête!
Mercredi peut-être!"

Et les Korrigans n'allaient pas plus loin que ces 3 jours de la semaine.
Corentin résista aussi longtemps qu'il le put puis il céda à l'attrait de la musique. Il bondit au milieu des Korrigans avec sa bombarde et commença à les accompagner avant de chanter avec eux.
Mais quand il arriva au mercredi, au lieu de reprendre au lundi, il continua :" jeudi, pour se reposer!
vendredi pour continuer!"
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 14:07

Les Korrigans s'arrêtèrent net de danser et de cahnter . Ils entourèrent Corentin tout excités par ce nouveau couplet .

Formidable!!criaient-ils. Il a trouvé une suite!! On a continué notre chanson!!!

Ils entourèrent aussitot Corentin et le plus vieux des Korrigans se planta devant lui:

- Mon garçon, dit-il , tu nous rendu en fier service. Grâce à toi, notre chanson est plus longue . Nous devons te remercier . Pour cela, nous t'offrons le choix: veux-tu la richesse ou la beauté?

Corentin prit le temps de réfléchir. La richesse, il n'était pas sûr qu'elle lui serve à quelque chose. Il gagnait bien sa vie comme musicien. Mais la beauté...sans sa bosse, il pourrait enfin se déclarer à Katell et l'épouser.

Il répondit donc au Korrigan:
Je n'ai pas besoin d'être plus riche que je ne le suis. Mais si vous pouviez m'enlever ma bosse, je serais le plus heureux des hommes .
- Tu es bien sûr de toi? demanda le Korrigan.
- Oui ...
-Très bien ...Alors, danse avec nous !

Et les Korrigans entrainèrent Corentin dans une ronde endiablée au point que le pauvre garçon crut mourir d'épuisement. Mais au fil de la ronde, il sentait son dos se redresser et il avait l'impression de devenir plus grand. Les Korrigans s'arrêtèrent enfin et Corentin , un peu essoufflé, resta immobile, le temps de bien s'apercevoir qu'il se tenait droit comme un "i", comme tout le monde. Alors, tout joyeux, il remercia les Korrigans et repartit vers le village .
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 14:29

Les habitants le virent arriver, courant et criant et le prirent pour un fou ou crurent qu'il était encore saoul. Corentin leur raconta son histoire et tout le monde fut bien obligé de le croire ...puisqu'il n'avait plus de bosse!!
Il y eut des commentaires et des remarques mais les villageois s'y habituèrent , Katell fit les yeux doux à un Corentin devenu digne d'elle et on oublia peu à peu cette aventure.

Le seul qui ne l'oubliait pas , c'était Loïc, le tailleur. Lui aussi était bossu. En bretagne, les bossus n'ont toujours eu que 2 métiers: tailleur ou musicien. Loïc était depuis toujours jaloux de Corentin et cela le rendait sombre, amer et aigri. Il enviait la gaité de Corentin. Il enviait l'amitié que la belle Katell avait toujours eu pour son rival ( Il n'y avait eu que Corentin pour se tracasser à propos de sa bosse! Katell l'aurait accepté avec sans aucun regret)
Bref cette histoire de bosse, de chanson et de Korrigans tournait dans la tête de Loïc et lui empoisonnait l'existence plus que jamais. Il trouvait que Corentin avait été stupide de refuser la richesse. Avec de l'argent, on avait tout ce que l'on voulait. La vie était facile. Avec de l'argent, lui, Loïc aurait bien réussi à attirer l'attention de Katell . Elle aurait eu une belle maison, une robe avec baucoup de velours et de riches broderies, une coiffe en dentelle précieuse....Même avec sa musique, Corentin ne pourrait jamaislui offrir tout ça!!

Un soir, Loïc décida d'aller chez les Korrigans. Il avait bien préparé ce qu'il devrait dire pour avoir ce qu'il voulait. Pas question de demander la richesse franchement: les Korrigans n'aiment pas les avares...Il avait une autre idée.

Il se rendit donc à Motenn Dervenn, un soir de pleine lune, trouva les Korrigans en train de danser, écouta leur chanson et bondit soudain soudain au milieu d'eux .

" je connais la suite ! cria-t-il. je connais la suite!!
Et il se dépêcha de chanter:
Lundi, mardi , fête
Mercredi peut-être
Jeudi pour se reposer
Vendredi pour continuer
Samedi pour s'amuser
et dimanche , on recommence!!

-Il a trouvé!! Il a trouvé!! crièrent les Korrigans . Il a terminé notre chanson!!

Le plus vieux des Korrigans s'avança vers Loïc et lui demanda:
- Nous te devons un fier service. Que veux-tu pour récompense: la richesse ou la beauté?
Et Loïc qui se croyait très malin déclara :
- Je veux ce dont Corentin n'a pas voulu!!
Les Korrigans le regardèrent
- Tu es bien sûr de toi? insista le vieux.
- Oui, fit Loïc. Je veux ce dont Corentin n'a pas voulu.
Et il était persuadé qu'il aurait ainsi la richesse tout en ayant caché sa jalousie, son avarice et son envie.
Sauf...Sauf que les Korrigans sont des êtres magiques, difficiles à tromper...
Ils se mirent à tourner autour de Loïc, l'entrainant avec eux à toute vitesse. Et Loïc se sentait devenir lourd, gros, coincé...
Lorsque les Korrigans le laissèrent enfin, il s'aperçut qu'en plus de sa bosse dans le dos, il en avait une aussi par devant: celle dont Corentin n'avait plus voulu!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 16:05

Oui! superbe!
c'est la version que je préfère!!!! merci à toi d'avoir eu le courage de la poster!!! ye: zou


...dis, tu en as vu, toi, des Korrigans?! :an: lut ...c'est vrai qu'en Bretagne, vous semblez vraiment très "habités" par ces Êtres du Petit Peuple!
tu as des anecdotes à ce sujet?!
une fois, j'avais trouvé une drôle d'annonce là-dessus! il s'agissait d'un concours de photos sur les korrigans!
Je n'ai pas su comment prendre cette affaire!... oc et à vrai dire, un peu comme le "ravi du village", j'aurais bien pris mon balai et mon appareil photo pour vous rejoindre!!!! lw lutin
...j'suis toujours partante pour ce genre de défis! coa

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 19:43

Je ne les ai pas vus mais il y en a sûrement chez moi vus les noeuds que je trouve parfois dans la crinière d'une de mes juments!!! C'est un de leurs jeux, emméler les crins des chevaux...et j'ai des grands spécialistes !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 20 Déc - 22:16

lut lut arf! les petites pestes! ...ne me dis pas des trucs pareils, punaise! je vais te croire! ... je peux te croire?oc dis-moi que je peux te croire!...

dis donc, tu as des juments?
tu veux bien nous en parler à la Taverne?!! je crois qu'il y a déjà un sujet ouvert sur "nos animaux" (tu y trouveras mon chat, croisé avec un korrigan! si, si, j'te jure!)
lutin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mer 21 Déc - 0:24

Biensûr que tu peux me croire!! Y a des matins, ce sont presque des nattes qu'elle a ma bête!!! ta
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mer 21 Déc - 0:25

J'ai d'autres "korrigans" à vous présenter! je les trouve dans mon bouquin "Fées, Korrigans et autres créatures de Bretagne".

COURILS (ou Korils, de la famille des korrigans)

"Dans mes recherches à Tresmalaouen, au moment où j'examinais des ruines curieuses, je vis un pâtre assis: je l'interrogeai sur les idées qu'on avait dans le pays de cet antique monument, et me répéta ce que l'on m'avait déjà dit.
-C'était le Palais des Courils, espèces de sorciers malins, corrompus et danseurs.
On les rencontre au clair de la lune, sautant autour des pierres consacrées ou des monuments druidiques;
s'ils vous saisissent la main, il faut suivre leurs mouvements et ils vous laissent exténué sur la place quand ils la quittent!"

Jacques Cambry "voyage dans le Finistère"-1799. lutin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
gwerz
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 842
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mer 21 Déc - 0:29

C'est bien d'eux ça!!! Et ils changent de nom selon la paroisse ou la région de Bretagne...mais ce sont les mêmes...d'incorrigibles danseurs et taquineurs des humains... lutin
Revenir en haut Aller en bas
http://jardindeschats.skynetblogs.be/
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mer 21 Déc - 1:01

gwerz a écrit:
Biensûr que tu peux me croire!! Y a des matins, ce sont presque des nattes qu'elle a ma bête!!! ta
holàlà! tu m'enchantes par cette confirmation! non, plus que ça! je suis euphorique! ye ko jj bu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Beloved
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 849
Localisation : Provence
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mer 21 Déc - 22:41

Que de belles histoires, cela laisse rêveur fe

J'aime ces petits êtres mystérieux lutin
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.aceboard.net/index.php?login=15688
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Mar 7 Fév - 12:33

Allez! encore un peu sur les Korrigans! je ne me lasse pas! lut

Les korrigans, “danseurs de nuit” de l’île d’Ouessant invitent les passants à se joindre à leur ronde sur les falaises en leur promettant des trésors. Celui qui accepte doit planter son couteau en terre ; puis, il faut qu’en suivant la danse, il rase le couteau à chaque tour sans le dépasser. S’il réussit, les lutins lui accordent sa demande quelle qu’elle soit.


Et attention!!!! les êtres du Petit peuple se cachent toujours dans la force de Dame nature!!! ouvrez bien les yeux, et faites attention où vous mettez les pieds! sans quoi, vous pourriez avoir quelques soucis! lut oc


Ohoooooh! les vilains champignons! ko

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
lilith
Germe de Lutin
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : vendée
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: les korrigans   Ven 4 Mai - 20:35

[b] lutin2 Coucou les filles voici une légende des korrigans :

MONA, LA FILLE DE LA TERRE

Un peuple marin hante les profondeurs ouessantines : les MORGANS. Ce sont des hommes et des femmes d'une grande beauté. Seule, Mona Kerbili, une jeune Ouessantine qu'on disait belle comme une Morganès, vit en leur palais au plus profond de l'océan.
Le roi des MORGANS, ébloui par la beauté de Mona Kerbili, saisit l'adolescente et l'emporta au fond de l'eau. Dans le palais, au milieu des richesses abyssales, Mona, resplendissait. Le vieux roi en était fou amoureux. Son fils aussi... Le vieux MORGAN refusa l'alliance des deux jeunes gens. Il força son fils à se marier avec l'enfant unique d'un des grands de sa cour. La noce fut belle : on mangea, on but abondamment.
Or, le soir de la fête, le père cruel décida de mettre à mort Mona, la fille de la terre.
F-M Luzel, dans l'un de ces contes, décrit la scène.
"Vers minuit, les nouveaux mariés se retirèrent dans leur chambre nuptiale, magnifiquement ornée, et le vieux MORGAN dit à Mona de les y accompagner et d'y rester, tenant à la main un cierge allumé. Quand le cierge serait consumé jusqu'à sa main, elle devait être mise à mort. La pauvre Mona dut obéir. Le vieux MORGAN se tenait dans une chambre contiguë, et, de temps en temps, il demandait :
-Le cierge est-il consumé jusqu'à votre main ?
- Pas encore répondait Mona.
Il répéta la question plusieurs fois. Enfin, lorsque le cierge fut presque entièrement consumé, le nouveau marié dit à sa jeune épouse :
- Prenez, pour un moment, le cierge des mains de Mona, et tenez-le, pendant qu'elle nous allumera un feu.
La jeune Morganès, qui ignorait les intentions de son beau-père, prit le cierge.
Le vieux MORGAN répéta au même moment sa question :
- Le cierge est-il consumé jusqu'à votre main ?
- Répondez oui, dit le jeune MORGAN.
- Oui, dit la Morganès.
Et aussitôt le vieux MORGAN entra dans la chambre, se jeta sur celle qui tenait le cierge, sans la regarder, et lui abattit la tête, d'un coup de sabre ; puis il s'en alla."
Le lendemain, lorsqu'il s'aperçut de sa méprise, le roi entra dans une grande colère. Puis il s'apaisa et donna son contentement au mariage de son fils et de Mona.
Mais Mona s'ennuyait de son île bretonne. Elle obtint enfin l'autorisation de retourner dans sa famille. Elle y fit sensation. Puis le vent chassa jusqu'au souvenir de ses aventures sous-marines.
Jusqu'au jour où le jeune roi vint la chercher. La jeune fille se jeta dans ses bras... et on ne la vit plus, à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Les Korrigans   Sam 5 Mai - 10:17

ai Ha ouiii! elle est terrible cette histoire! j'aime beaucoup!
merci Lilith! il ne s'agit pas de korrigans, mais les Morgans et autres peuples marins sont fascinants!

Bizoux sun

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Korrigans   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Korrigans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de Korrigans/Conte breton
» Mélusine - Tome 6: Farfadets et Korrigans [Clarke & Gilson]
» [Parution] Korrigans Connection
» korrigans de poche
» Les Korrigans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L-J-M :: AU JARDIN :: Bretagne, Terre de Légendes! :: Légendes-
Sauter vers: