L-J-M

Contes, Légendes, Traditions, Féerie,Ecriture, Graphisme
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Les Secrets du Mistral

Aller en bas 
AuteurMessage
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 10:01

fe Voici donc l'une des Légendes sur le Mistral,
... une Légende qui souffle en Provence depuis...depuis fort longtemps!

Je vous la propose en plusieurs parties, car elle est un peu longue! zou

Les Secrets du Mistral

Il existe bien des légendes qui courent sur l'origine du Mistral, ce vent grincheux, impérieux, trinqueux!
L'éthymologie de ce nom renverrait à la notion folle et flou de "maîtrise"...
Mais une question se pose alors : s'agit-il du Maître des nuées ou des contrés?
Probablement des deux...

Certains l'imaginent en provenance du firmament, sous l'apparence tutélaire d'un aigle. D'autres, plus crédibles, prétendent qu'il prend naissance au sein des marais du Vivarais sous l'arche géante d'un rocher ajouré, d'où surgit son sonore halètement.

Là, se gonflent et s'amplifient ses tourbillons, s'enflent et se renforcent ses bourrasques, avant de s'échapper en rafales, dans un festival de mugissements et de rugissement de chacal!

Inquiets devant ses imprévisibles accés de colère, les habitants du village voisin résolurent un jour de le barricader dans sa tanière.
Tandis qu'il dormait profondément dans un sommeil récupérateur, ils s'avancèrent à pas feutrés pour clouer, sur chaque pilier du bloc béant, de solides planches minutieusement sélectionnées pour la dureté et l'épaisseur de leur bois.

A son réveil, le Mistral tenta en vain de souffler sur ces étais, mais ils résistèrent impertubablement à ses assauts rageurs et ravageurs.
Le Mistral ne put donc s'évader de son repaire lapidaire et pénitentiaire.
Du coup, il se fit menaçant et vociféra:

- " Quand je parviendrai à me libérer, je déracinerai vos amandiers et vos cyprés,
j'arracherai de vos toits tuiles et girouettes, je gommerai les clôtures de vos jardins et briserai les statues de vos portails"...

- "Raison de plus pour te laisser là où tu es!!!" s'exclamèrent les cultivateurs rassurés par la stabilité du boisage de leur mur.

Décontenancé, le Mistral proféra ensuite toutes sortes d'imprécations plus terribles les unes que les autres, aussi catastrophiques les unes que les autres!
- " Je vous maudis! que les marécages qui enserrent vos terres soient infestés de moustiques et sales autres bestioles! Que les miasmes de ces eaux en putréfaction
infectent vos poumons et vos maisons! Que les fièvres vous dévorent, tous autant que vous êtes!...Ainsi regretterez-vous vos agissements irréfléchis!!! "

L'été venu, une chaleur implacable, chargée d'humidité, ne manqua pas de régner régulièrement sur la région.
Bientôt se manifestèrent les signes avant-coureurs d'une épidémie.
Des odeurs pestilentielles envahirent les ruelles du bourg, des cadavres d'animaux en décomposition descendirent les ruisseaux, des insectes bourdonnants et agressifs piquèrent la peau veloutée des bébés et l'épiderme corné et ridé des anciens.
Les consitutions les plus fragiles sentirent des douleurs, des migraines et autres indispositions s'emparer de leur crâne, leur sang s'épaissir au long de leurs veines, leur estomac devenir rétif à toute digestion...

Tous les malheurs du monde semblaient s'être concentrés sur les maisons des villageois dévariés.
Ils décidèrent alors de se réunir afin de délibérer sur le sort à réserver au Vent Violent encore séquestré.
- " Vous voyez bien que les prédictions du Mistral se réalisent!" déclara la veuve du mas des Micocouliers.
- son passage délivrait la campagne des effluves des marais tout proches, dissipait nuages et brumes qui nous ceinturent de bouffées étouffantes, il asséchait nos terrains détrempés où nos cultures se meurent!...
- Il faut le relâcher immédiatement! s'écria le doyen de l' assemblée. Sinon, la peste s'abattra sur nos troupeaux et décimera toutes nos bêtes!


.../... à suivre! oh ti

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 12:42

ai .../... suite et FIN! zou

- Il vaut mieux qu'il nous transperce de froid et emporte quelques branches sur son passage plutôt que de prolonger cette mauvaise plaisanterie! continua la femme.
- Je suis d'avis qu'il faut agir, sinon....
- Mais il va de nouveau nous renverser et nous ne serons pa gagnants dans le marché!
- De toutes façons, nous n'avons guère le choix qu'entre malheurs et fléaux... ajouta le maire qui ne savait plus à quel saint se vouer.

Le Mistral qui avait pu surprendre une partie du débat, prit la parole et promit doucereusement:
- Si vous consentez à me laisser sortir, je vous assure que je ne déracinerai pas vos amandiers ni vos cyprès, je n'arracherai plus les tuiles et girouettes de vos toits, et gommerai jamais les clôtures de vos jardins et ne briserai aucunement les statues de vos portails!..

Bergers, vanniers et fermiers, d'abord perplexes, finirent par le croire.
Ils descellèrent un par un les bardeaux bloquant la brèche de la falaise et débrassèrent le Vent de ces entraves.
Aussitot, le Mistral s'engouffra dans l'ouverture et se rua dehors!
Les paysans, muets et craintifs, attendaient sans bouger, regrettant manifestement de ne pas avoir exigé davantage de garanties.

C'est alors qu'un enfant s'approchant du géant dans un élan, portesta:
- Et ta promesse??!

Le Mistral, farouche et déchainé s'apaisa instantanément.
Subitement affriolant, il câlina les pousses des amandiers et des cyprès,
il chatouilla les tuiles et girouettes des toits, il frôla, enjôleur, les clôtures des jardins et caressa les statues des portails.
Et bientôt, les afflictions qu'endurèrent les braves campagnards furent reléguées au rang des mauvais souvenirs et chacun se félicita de l'issue propice et heureuse de cet épisode éprouvant et épouvantable de l'histoire du maître des Vents, qui s'en alla grondant, grommelant, grognant... par la vallée du Rhône, vers les plaines du Midi!...


copié du livre : "contes et légendes de Provence" - édition Ouest-France


Les Secrets du Mistral Solsticesuncj3

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
samantha
DRUIDESSE
samantha

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 13:19

ye ye Magnifique! ye ye

J'adore zou

Mais que j'aime la Provence et ses contes. c
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 13:31

cofill haha!!! alors je mettrai tantôt un très joli "récit" de Daudet, que j'ai redécouvert hier en fouinant dans tous mes bouquins!
il est plein de poésie!!!
et je vous mettrai d'autres Contes de Provence! yes! lutin hello fleuri

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
nala
Graine de Lutin
nala

Nombre de messages : 29
Localisation : Provence
Date d'inscription : 15/06/2006

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Mistral de provence   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 21:24

Très intéressant, oh je ne connaissais pas du tout... Et pourtant j'adore la provence, pour rien au monde je voudrais la quitter ! lut
Merci Dame Louve, je me coucherai moins bête ce soir ^^ redface
Vivement d'autres petites histoires sur notre "chez nous" !

Bisous ! zou
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyJeu 27 Mar - 22:53

ye hahaaa! bien contente que cette légende t'ai plu!
ouioui! j'en mettrai d'autres dès demain!!! oh zou zou

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
urnia
Elfe du Jardin
urnia

Nombre de messages : 739
Age : 43
Localisation : PICARDIE
Date d'inscription : 10/01/2007

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyVen 28 Mar - 16:34

J'ai adoré cette histoire!

Ouvres tous les livres que tu voudras pour continuer à nous faire rêver de la sorte!

Un grand merci Dame Louve!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.portes-de-feerie.fr
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyVen 28 Mar - 17:01

ye et ça me fait bien plaisir de te retrouver, et te trouver aussi dans la Provence, tiens! zou zou

je vais en recopier ce week-end! j'aurai plus de temps!!
Gros Bizoux à toi! merci!!! zou pa

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral EmptyLun 31 Mar - 9:36

fe Voici une autre Légende à propos d'un...autre Vent!
je le laisse donc à la suite du Mistral! Bonne lecture à vous!

nb: cette légende diffère légèrement selon les versions.
dans la plupart, Césaire ne demande rien à personne pour son retour à Nyons!


Le Semeur de vent.

Bien qu'il soit le maître des vents, le mistral n'est pas seul à balayer de son souffle les terres de Provence. Ainsi, on raconte que la ville de Nyons souffrait autrefois d'une sècheresse si terrible que ses habitants se rendirent à Arles, afin de prier un certain Césaire de leur venir en aide et de leur apporter un peu de fraîcheur.

Pris de compassion devant la mine désolée des habitants de Nyons, dont les champs ressemblaient à un désert aride, dont les ânes, les chiens et les nouveau-nés mouraient comme des mouches, dont les ruisseaux et la rivière avaient cessé de chanter, dont les puits n'étaient plus que des gouffres sans fond, Césaire, que l'on qualifiait de saint homme depuis qu'il avait accompli quelques prodiges de bonté, décida de prendre les choses en main.
Il s'en fut d'abord constater sur place les dégâts et, pris lui-même de malaise dans la fournaise infernale qu'était devenue la vallée, il s'en fut par les routes et les sentiers à la recherche d'un souffle frais.
Il marcha longtemps, les vêtements trempés de sueur, les pieds gonflés de fatigue et couverts de la poussière des chemins.
Ses pas le conduisirent enfin en un lieu tout planté de résineux, non loin du bord de mer.
Etait-ce la présence des arbres ? la mer non loin de là? il s'y sentit bien comme par un matin d'avril.

En s'asseyant sur une racine affleurant le sol, Césaire comprit que l'ombre n'était pas seule responsable du bien-être qui l'envahissait. Un vent léger serpentait entre les troncs, faisant vibrer les branches comme les cordes d'un instrument de musique... Alors, le voyageur réalisa qu'il était parvenu au bout de son errance.
Ecoutant la mélodie subtile qui tanguait et enflait autour de lui, il murmura :
- Comme la chanson de cette brise est douce ! On dirait celle d'une cithare...
Ses paroles s'envolèrent sur un tourbillon d'aiguilles de pins dans un fin rayon de soleil. Et il lui sembla lire en elles le nom de cet endroit magique : Citharista. Puis les lettres du mot dansèrent, montant au ciel à travers les brindilles et redescendant en piqué comme une escadrille d'abeilles.
Elles valsèrent un moment, avant d'atterrir doucement sur un monticule de sable, où elles s'éparpillèrent, se mélangèrent et s'assemblèrent en un nouveau nom déformé : Ceyreste. Césaire eut à peine le temps de le prononcer, qu'elles s'effacèrent soudain, dans le souffle venu de la mer toute proche.
Afin de ne pas les laisser disparaître à tout jamais, le voyageur retira l'un de ses gants et tenta de les y récupérer. Le vent s'engouffra dans l'étui de peau et Césaire, aussitôt, le referma et le lia avec un lacet de cuir.
Bien qu'il eut beaucoup de peine à repartir de cet endroit idyllique, il se remit en marche en direction de Nyons. La route était longue et il craignait que la sècheresse persistante n'y eut décimé tous les habitants.

Aussi, afin d'y retourner plus vite, tenta-t-il d'arrêter sur la route un charretier qui passait par là, transportant des bottes de foin :
- Brave homme, emmène-moi dans ta carriole avant que ne meurent les gens à qui je dois ramener ce gant.
- Qu'y a-t-il dans ce gant ? demanda le charretier.
- De la graine de vent.
- Du vent ? Tu te moques de moi... Puisque c'est comme ça, je ne te prendrai ni sur le banc à côté de moi ni sur mes bottes de foin.
Et le bonhomme s'éloigna.
Un peu plus loin, Césaire croisa un cavalier et le pria de l'emmener :
- Brave homme, emportez-moi en croupe sur votre cheval avant que ne meurent les gens à qui je dois ramener ce gant.
- Et qu'y a-t-il dans ce gant ?
- De la graine de vent.
- Du vent ? Tu te moques de moi... Ce gant doit contenir des pièces d'or et bien d'autres choses précieuses. Donne-le moi, si tu veux que je t'emmène.
Et, devant le refus de Césaire, le cavalier partit au grand galop. Avant de reprendre sa route, le voyageur ôta le second de ses gants, le remplit de pierres et le mit dans sa poche. Un peu plus loin, il croisa un garçon, monté sur une mule. Et il lui demanda :
- Brave homme, peux-tu m'emmener sur ta mule avant que ne meurent les gens à qui je dois rapporter ce gant ?
- Et qu'y a-t-il dans ce gant ?
- De la graine de vent.
Le garçon éclata de rire en brandissant un couteau :
- Du vent ? Je ne te crois pas. Ce gant est tout gonflé de ducats. Donne-le moi !
Aussitôt, Césaire sortit de sa poche le second de ses gants et le tendit au brigand en disant :
- Regarde : mon premier gant est peut-être gonflé mais il est tout léger, léger... Prends plutôt celui-là, il est vraiment lourd de ducats, de bijoux et de pierres précieuses...
Méfiant, le garçon descendit de sa monture afin de s'emparer du gant de cailloux et de le soupeser. Césaire en profita pour sauter sur la mule et pour s'en aller, portant son gant empli de graine de vent.

Quand il arriva enfin à Nyons, le ville se trouvait dans un état de désolation indescriptible. Les rares habitants qui avaient survécu à la canicule vinrent à sa rencontre et lui demandèrent :
- Alors ? Tu nous a ramené du vent ?
- Le voici, répondit le voyageur en montrant son gant.
La bouche desséchée, les veux exorbités, les gens eurent encore la force de se mettre en colère :
- Tu te moques de nous ? A supposer que tu aies réussi à y emprisonner le moindre souffle d'air, ce gant contient à peine de quoi donner une bouffée à un petit enfant. Tu nous a trahis, va-t-en !
- Trés bien, répondit Césaire en jetant son gant contre un rocher brûlant sous le soleil torride.
Il n'eut pas plutôt accompli son geste que la pierre se fendit en un craquement gigantesque.
Des profondeurs du sol monta alors un souffre frais, fleurant bon la terre mouillée par des eaux obscures. Ce vent tout neuf s'élança en volutes dans la vallée, effleura la rivière sans la traverser, lui redonnant sa mélodie, longea les murs de la ville en rafraîchissant leurs pierres, s'engouffra dans ses ruelles,
redonnant vie aux chiens et aux nouveau-nés ainsi qu'aux ânes dans les prés, faisant à nouveau chanter les ruisseaux et clapoter le fond des puits...

Avant de s'en aller, Césaire baptisa ce vent le Pontias. Et c'est toujours ce vent qui ne cesse de souffler dans cette vallée, sans se réchauffer, ni en hiver, ni en été, ni tiède, ni froid, mais toujours là, comme si la mer se trouvait juste à côté.

_________________
Les Secrets du Mistral Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Contenu sponsorisé




Les Secrets du Mistral Empty
MessageSujet: Re: Les Secrets du Mistral   Les Secrets du Mistral Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Secrets du Mistral
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Festins secrets, Pierre Jourde
» Les secrets de la Mer Rouge
» [Hoffman, Mary] Stravaganza - Tome 4: La Cité des secrets
» Site d'histoire "Histoire-et-secrets.com"
» LES PETITS SECRETS D'EMMA de Sophie Kinsella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L-J-M :: AU JARDIN :: L' Arbre à Trésors!-
Sauter vers: