L-J-M

Contes, Légendes, Traditions, Féerie,Ecriture, Graphisme
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Les Sirènes

Aller en bas 
AuteurMessage
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 12:16

ai J'ai eu du mal à trouver le bon emplacement pour parler de ces Êtres Fantastiques, Mythiques et Légendaires, tant elles ont connu multes transformations au fil de l'Histoire, au gré des Mythologies d'origines diverses.
Un sujet, rien que pour Elles, leur est donc dédié!
Et voici, en tentant de mettre en place au mieux l'enchainement de l'Histoire, et en restant dans la "généralité", ce qu'il est rapporté sur les Sirènes:

Les Sirènes : Le charme et le danger de la mer
 
L’Odyssée raconte que, après avoir passé une année avec Circé, Ulysse décida de continuer son voyage de retour vers Ithaque. Mais avant de partir, la sorcière le mit en garde à propos des dangers qui l’attendraient en mer. Le premier d’entre eux, dont devait particulièrement se garder le héros grec, c’étaient les Sirènes : ces êtres malins qui ensorcelaient les marins avec leurs seuls chants.
Pour les éviter, Circé dit à Ulysse :
«Passe au large et bouche les oreilles de tes compagnons avec de la cire, afin qu’aucun ne les entende ; mais si tu désires les écouter, fais-toi attacher pieds et mains aux voiles de ton bateau, debout et bien lié avec des cordes, à la partie inférieure du mât. Ainsi tu pourras te régaler à écouter le chant des Sirènes.»
Ulysse choisit donc l’option la plus dangereuse : écouter les voix de ces fantastiques créatures, bien que risquant d’échouer et de périr dans l’épreuve. Pourquoi le marin ne se boucha pas simplement les oreilles à la cire ? Quel intérêt pouvait donc avoir le héros à écouter leur chant ?

La caractéristique la plus particulière des Sirènes était sans aucun doute, si on les compare aux autres personnages mythologiques, la force et le pouvoir de leur voix, capable de produire un chant mortifère que ni même Ulysse ne voulut (ou ne put) éviter. Un chant qui ensorcelait les hommes jusqu’au point de les faire sauter éperdument de leur embarcation, pour finir dévorés par les Sirènes sur une île perdue au milieu des mers.
C’est Homère qui met en bouche des Sirènes l’explication de si irrésistible appel :
-«Approche-toi et arrête ton bateau pour entendre notre voix –disent-elles à Ulysse–. Personne n’est passé en son noir vaisseau sans entendre les douces notes qui fluent de notre bouche, car tous s’en vont se récréer avec nous et apprendre les secrets les plus ignorés. Car nous savons combien vous avez souffert dans l’antique Troie, par la volonté des Dieux, et nous connaissons aussi tout ce qui se passe sur la terre fertile.»
Les Sirènes cependant, sont sages et rendent heureux l’homme grec en remplissant son principal désir : celui de la connaissance.
 
Des femmes oiseau

Pour les grecs, les Sirènes étaient des êtres moitié femme, moitié oiseau, avec des serres aiguisées en guise de pieds.
La mythologie antique ne raconte pas précisément quelle divinité leur fournit leurs ailes :pour les uns, ce fut Déméter, dans le but de l’aider à retrouver sa fille Perséphone ; pour d’autres, ce fut Aphrodite, comme châtiment à leur insolente détermination à demeurer vierges.
Dans l’Odyssée, Homère nous offre le premier témoignage littéraire des Sirènes, mais il ne les décrit pas physiquement, puisqu’elles étaient déjà fort connues depuis l’époque mycénienne.
Aucun grec n’aurait pu les confondre avec d’autres personnages mythologiques féminins, tels que l’invincible Nike ou la terrible Méduse, la Gorgone au regard pétrifiant.

Plus tard, les Sirènes apparurent dans les Argonautes, œuvre d’Apollon de Rhodes. Cette fois, les Sirènes dirigèrent leur chant maléfique vers l’Argos, le navire transportant Jason, parti à la recherche de la très prisée Toison d’Or.
Le père d’Ulysse et Pelée, père d’Achille étaient embarqués sur ce bateau, tout comme le musicien Orphée, qui sauva la vie de ses compagnons lorsque, sortant sa lyre, il entonna de sa voix merveilleuse une mélodie qui couvrit le chant des Sirènes.
Dans la mythologie antique, les monstres féminins sortent généralement perdants de leur rencontre avec les héros grecs qui personnalisent à la fois, le rationnel et la civilisation, tels que Persée et la Méduse ou Œdipe et le (/la) Sphinx.

Et des femmes poisson

Les Sirènes sont des êtres hybrides, tant dans leur forme de femme oiseau, comme dans leur apparence en tant que femme poisson, qui renferment toute une symbolique d’irrationalité, de trouble, de mystère et même d’onirisme.
Étant des femmes oiseau, les Sirènes acquirent avec le temps de nouvelles caractéristiques et fonctions. Tels le dieus égyptien Tôt, les Lasses étrusques ou encore le dieu Zu sumérien, ces êtres emplumés étaient chargés d’accompagner l’âme des morts dans l’au-delà.
C’est pour cela que nous les trouvons représentées dans de nombreux sépulcres, en train de se battre la poitrine, jouant de leur instrument ou –telles des pleureuses affligées et pieuses– en train de s’arracher les cheveux.

Au cours des siècles, les Sirènes connurent toutefois une métamorphose sans précédant dans la mythologie, changeant leurs extrémités inférieures d’oiseau pour une queue de poisson.
La mythologie antique nous dit que cette transformation pourrait être un châtiment pour avoir voulu rivaliser avec les Muses.
D’autres explications ont été cherchées, telles que celle qui associe ce changement à une erreur étymologique qui se serait produite lors de la traduction du mot grec pterygion, désignant autant une aile qu’une nageoire.
Ce qui est certain, c’est que pendant le Moyen-âge, et surtout avec l’avènement du Christianisme, les Sirènes subirent une métamorphose irréversible, qui ne changea pas seulement leur forme physique mais aussi leurs caractéristiques intrinsèques.
En effet, dans les premiers bestiaires médiévaux, coexistaient à la fois des Sirènes oiseau et des sirènes poisson, mais les premières cédèrent rapidement leur place aux secondes.
Elles apparurent pour la première fois dans le Liber Monstruorum, un manuscrit anglo-saxon rédigé entre les VIII et IXème siècles.

Ces nouvelles Sirènes conservent leur relation avec le milieu aquatique, leur ascendance marine et leur pouvoir de séduction au moyen du chant, mais alors elles ne sont plus des sages, offrant la possibilité de connaître les secrets du présent, du passé et du futur.
Leur chant est devenu sensuel, érotique et luxurieux, de même que leur corps.

Elles personnalisent tout ce à quoi l’Église s’oppose :
le plaisir des sens, la tentation diabolique et le paganisme.
Dans leur condition de femme, les Sirènes acquièrent alors toutes les caractéristiques misogynes de l’époque. Il y eut même des auteurs qui utilisèrent allégoriquement l’image d’Ulysse attaché au mât de son bateau comme s’il s’agissait du Christ sur la Croix.
Tous les aspects spirituels, musicaux ou illuminateurs dont jouissaient auparavant les Sirènes passèrent alors en la personne des Anges, les seuls hybrides ailés reconnus et mis en avant par l’Église chrétienne.

La Sirène, à la différence d’autres êtres de la mythologie classique, continua à occuper une place privilégiée dans la littérature et l’imaginaire collectif de l’Antiquité jusqu’au présent.
Depuis le Moyen-âge, elles apparurent dans les œuvres d’auteurs tels que Jacques de Vitry, Dante, Pétrarque ou encore Calderón de la Barca. Et elles parvinrent à être les protagonistes de légendes et de contes aussi célèbres que celui de la sirène Mélusine (dont vous trouverez la Légende dans le Jardin!) ou les références aux Margygr du monde nordique.
Fidèles à leurs origines marines et de séduction, elles ornent les figures de proue des navires, délimitent les zones inexplorées des premières cartes cosmographiques ou encore, se montrent luxurieuses depuis les chapiteaux des cathédrales les plus célèbres.

ULYSSE

Les Sirènes Ulysse2yz2

MELUSINE (représentationMoyen-Age)

Les Sirènes J203x30001413pr2

ONDINE

Les Sirènes Ondine2cn2

OCÉANIDES (ou Naïades)

Les Sirènes Znj0dlgnyw8


Pour la suite des Êtres Aquatiques, le Peuple est si divers et tellemtn grand selon les Eaux qu'ils occupent, que j'ouvrirai un autre sujet les concernant, mais dans la partie "Féerie"!

Bizoux et bonne lecture ai

_________________
Les Sirènes Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
luna
Grand Elfe du Jardin
luna

Nombre de messages : 1404
Localisation : Monde des Rêves
Date d'inscription : 23/11/2007

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 12:31

Super Béa, ce sujet m'intéresse vraiment....et j'ai toujours envie d'être une sirène :an:
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
samantha

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 13:27

Sujet passionnant Béa. ye

Dis moi, au sujet des femmes oiseaux, il me semblait que chez les grecs ces femmes étaient appelées des Harpies (ou harpyes).

Dans la mythologie grecque ou latine , les Harpies ou Harpyes (en grec ancien Ἅρπυιαι / Hárpuiai) sont les filles de Thaumas et de l'Océanide Électre (certaines traditions en font plutôt les filles de Typhon)...
Homère en fait aussi des déesses des tempêtes, semblables à des cavales sauvages (par opposition avec les vents plus doux, qui sont assimilés à des chevaux dociles).



Une autre histoire tu crois?
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 13:38

fatigue hoooouuu!! ce sont de véritables horreurs!
tiens, voici un bout de texte que j'avais récupéré , toujours pour le travail de mon Benjamin:

Les Harpyes (ou Harpies), étaient les filles du dieu marin Thaumas et de l'Océanide Electre (ne pas confondre avec la fille d'Agamemnon).
Leur nombre et leur nom varient selon les auteurs. (et bien sûr, selon les Peuplades!)

Aellô ou Nicothoé (la bourrasque), Ocypétès (vole-vite), et Célaeno (sombre nuée), étaient considérées par Hésiode comme des femmes ailées à la belle chevelure, puis petit à petit, la légende se modifia et elles prirent l'apparence de monstres épouvantables.

On les représentait comme des êtres monstrueux au corps d'oiseau et à la tête de femme. Elles avaient des serres acérées et répandaient une odeur infecte.
Elles passaient pour enlever (d'où le nom de "ravisseuses") les enfants et les âmes des morts. On retrouve d'ailleurs sur certains tombeaux leurs images emportant l'âme dans leurs serres.

Elles habitaient les îles Strophades, dans la mer d'Ionie, sur la côte du Péloponèse. Plus tard Virgile les situera à l'entrée des Enfers avec les autres monstres.

Homère, qui ajouta Podargé (Aux pieds agiles), les considérait plutôt comme les déesses des tempêtes.
On raconte aussi que Zéphyr s'unit à une des Harpyes, Podargé, qui avait pris la forme d'une jument et de cette union naquit les célèbres chevaux immortels Bélios et Xanthos qui seront offerts d'Achille ainsi que Phlogéos et Harpagos, les chevaux des Dioscures.

Une petite image pour le plaisir, mmmh?! oc lut

Les Sirènes Harpiesxg9
...de notre cher Boris Vallejo!

_________________
Les Sirènes Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
samantha
DRUIDESSE
samantha

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 14:44

Pour le plaisir alors. lut

Merci Béa zou
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 14:55

:an: n'est-ce pas qu'elle est charmaaaante?!
de quoi faire fuir un Troll! Lol! tis ii

_________________
Les Sirènes Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
luna
Grand Elfe du Jardin
luna

Nombre de messages : 1404
Localisation : Monde des Rêves
Date d'inscription : 23/11/2007

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 14:56

Béa tous les trolls vont se sauver :an:
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
samantha

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyLun 18 Fév - 15:06

Ba même pas vrai, le mien fuira pas devant l'adversité!
Il m'a eu traité de harpie un jour où j'étais déchainée. LOL
Mais je ne me reconnais pas trop là. sn lut
Revenir en haut Aller en bas
Francis
Elfe du Jardin
Francis

Nombre de messages : 541
Age : 75
Localisation : Brésil - Bahia
Date d'inscription : 09/12/2007

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyMar 19 Fév - 4:14

pl pl

Voici un peu plus de détails sur les sirènes dans le monde:

En Afrique la sirène est Mami Watta, son nom est une adaptation de l'anglais mommy water, elle est aussi appelée Yemendja dans la tradition du vaudou haïtien, un culte spécial lui est même consacré (En Haïti, elle n'est pas appelée Yemanja mais plutôt Simbi ; Yemanja est plus usité à Cuba ou au Brésil). C'est la mère des eaux, déesse crainte des pêcheurs, elle symbolise aussi bien la mer nourricière que l'océan destructeur. Mami Watta est avant tout une divinité éwé, dont le culte est très présent sur la côte atlantique du Togo (mais aussi au Nigéria, au Cameroun, au Congo-Brazzaville) où elle symbolise la puissance suprême, de même que la déesse Durga du panthéon hindouiste symbolise la shakti. Mami Watta est souvent représentée en peinture où elle figure sous les traits d'une sirène ou d'une belle jeune femme brandissant des serpents

Bibliographie:
Jacqueline Leclercq-Marx, La sirène dans la pensée et dans l'art de l'Antiquité et du Moyen Âge – Du mythe païen au symbole chrétien, Académie royale de Belgique, 1997 (réédition 2002) ;
Édouard Brasey, Sirènes et Ondines, Éditions Pygmalion, Paris, 1999.

Sources
Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne] (I, 7, 10), Épitome [détail des éditions] [lire en ligne] (VII, 18).
Apollonios de Rhodes, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne] (IV, 893 et suiv.).
Homère, Odyssée [détail des éditions] [lire en ligne] (XII, 39 et suiv.).
Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne] (CXXV).
Nonnos de Panopolis, Dionysiaques [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 11 ; XIII, 314).
Ovide, Métamorphoses [détail des éditions] [lire en ligne] (V, 555 ; XIV, 88).
Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] (V, 4, 7 ; VI, 1, 1).

fey fey fey
Revenir en haut Aller en bas
Francis
Elfe du Jardin
Francis

Nombre de messages : 541
Age : 75
Localisation : Brésil - Bahia
Date d'inscription : 09/12/2007

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyMar 19 Fév - 4:24

re re

Aie aie aie, le message précédent s'est doublé... Béa, peux-tu arranger çà?
merci
gan
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes EmptyMar 19 Fév - 10:36

:an: voilà Monsieur! c'est réparé! je me disais aussi: "holaaa, le Francis, il radotte!" lol! ko pa

Sans blaguer, grand merci pour cet ajout à nos découvertes!
Je ne connaissais pas "Mami Watta" !
... la Mer inspir bon nombre de divinités et de personnages légendaires!
c'est très... vaste et Grand!
Merci merci, Francis! pa tch

_________________
Les Sirènes Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Contenu sponsorisé




Les Sirènes Empty
MessageSujet: Re: Les Sirènes   Les Sirènes Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Sirènes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L-J-M :: AU JARDIN :: Le Chêne-
Sauter vers: