L-J-M

Contes, Légendes, Traditions, Féerie,Ecriture, Graphisme
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Françoise aux mains coupées

Aller en bas 
AuteurMessage
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 16:04

Françoise aux mains coupées


Avant propos, de Roland HDLV. “ Cette Légende Bretonne (au titre réel inconnu) venant des C. du N. m’a été contée par le Père Mahé du village de Kerscouat. Peut être a-t-elle été recueillie déjà, qu’importe, je la note la trouvant jolie. ”

Voici déjà des siècles et des siècles existait au pays de chez nous une famille si pauvre qu’elle ne parvenait à nourrir ses enfants tellement ils étaient nombreux.

La mère, ne sachant plus à quel saint se vouer, en prit deux et les emmena loin en forêt, une charmante fillette de sept ans et son frère âgé de cinq, afin de les y abandonner.

Les petits se sentant fatigués s’endormirent sur la mousse à l’ombre des grands arbres. Alors la pauvresse après les avoir embrassés s’en fut tristement.On a beau bien dormir lorsqu’on est jeune le réveil se produit avec un nouveau besoin de mouvement. La petite fille reprit la première ses sens, tout étonnée de ne voir sa maman.
Désireuse de trouver un gîte autre qu’à l’auberge de la belle étoile en sa qualité d’aînée secoua doucement son cadet.

Vu que la nuit s’approchait, là compère loup risquait de les croquer.Les pauvrets, souvent la larme à l’œil, marchèrent, marchèrent, poussés par la peur. Enfin à la lisière des bois ils aperçurent un manoir avec une tour au toit pointu, et une autre en forme de poivrière accolée à son côté sur lesquelles étaient huchés chouettes, hiboux et autres oiseaux.

L’architecture les intéressait peu, mais un lit beaucoup.Les délaissés frappèrent à la porte comme chien timide y eut gratté. Une femme longue, sèche, à nez crochu et dents extra pointues ouvrit. Les enfants lui expliquèrent très poliment l’objet de leur visite. La mégère, les trouvant gentils, surtout de chair aussi tendre que cochon de lait, consentit à les nicher avec ses deux marmots juste du même âge.

Mais afin d’éviter toute confusion elle les plaça par-devant, tournés dans le sens opposé aux siens, et prit de plus la précaution de les transformer en petits Saint Jean. Cela fait la bonne femme éteignit sa chandelle de résine puis remisa sa carcasse non rembourrée au fond d’un lit clos, ne tardant pas à s’endormir du sommeil que certes mérite une attentive ménagère qui a assuré pour son retour le repas de son homme.

Lorsqu’elle ronfla mieux que la machine à battre, les deux petits nouveaux, inquiets, ou plutôt protégés par une Fée bienfaisante, se mirent en devoir sans bruit de dépouiller leurs camarades de repos de leurs vêtements, leur donnant “ en pour ” une sainte nudité, plus la place qu’ils occupaient.

Vers minuit rentra l’époux de la sorcière, qui était l’ogre de la contrée. Il alla à tâtons inspecter son garde manger spécial. Heureux, il sentit grouiller sous sa main, tels en un poulailler des chapons dodus, un duo d’être humains tout à fait de son goût. Pas d’erreur admissible, sa bourgeoise avait aimablement pensé à lui. Il tordit le cou à la bonne volaille, après quoi la prépara afin de la mettre à la broche et la manger avec délices (et ogre).

Le lendemain matin la ménagère ordonna à sa nouvelle fille adoptive sans qu’elle s’en douta, car elle ne regardait jamais sa fille, d’aller “ crir ” (quérir) de l’eau pour laver la salle. La petite emporta un lourd seau pour le remplir à un puits assez éloigné. Rendue là, elle trouva une vieille courbée, cassée, qui connaissait les maléfices de ce méchant couple carnassier habitant le manoir.

Elle interpella avec bonté l’enfant, en lui disant : “ Ma petite, puisque tu es arrivée à les tromper, il n’y a que toi au monde capable de nous débarrasser de ces monstres. Voici le moyen : laisse choir au fond du puits ton récipient et va tout de suite chercher ton hôtesse. Elle accourra, montera sur la margelle et s’étirant comme lin sous les doigts de la fileuse crochera la seille (seau). Alors, ma mignonne, lui décollant les pieds de son point d’appui tu la feras dégringoler dans l’eau, à jamais tordue en spirale de même qu’un serpent. Alors inquiet de sa bonne pourvoyeuse, car pour beaucoup le ventre remplace le cœur, le mari arrivera. Même manœuvre, et tout sera accompli.

”La fillette, pas bête, suivit le conseil, et noya de la sorte sorcière et ogre, qui jusqu’à cet instant avaient plus accoutumé de boire du sang que de l’eau de puits. Ayant perdu ces très chers parents adoptifs sans le moindre chagrin, le frère et la sœur héritèrent de leurs biens assez rondelets, et valant plus qu’eux. Pendant longtemps ils vécurent heureux aidés de serviteurs sur le domaine ainsi acquis.




A SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 16:06

Bonjour mes gentilles fées, j'ai eu envi de commencer ce joli conte......si vous voulez connaitre la suite.....car le conte est assez long.

une légende de Bretagne.

bonne journée à toutes et tous.
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 16:50

oh bien sûr qu'on attend la suite avec impatience!!!!
merci Myosotis!! tch

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 17:29

oh Oh oui! Oh oui! On attends la suite avec beaucoup d'impatience Myosotis:oh:
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 21:03

Bon, vous êtes comme moi, vous aimez les légendes, tant pis pour vous si vous trouvez le conte un peu long....mais il est si joli !
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 21:10

la suite.....


-


Mais le garçon étant arrivé à l’âge de se marier prit femme, comme le sire de Framboisie, sans songer que deux femmes sous le même toit ne peuvent s’y accorder lorsque leurs titres à y commander sont égaux et leur beauté inégale.

C’est alors comme les plateaux d’une balance dont un rien moins que rien détruit l’équilibre (cette loi immuable est prouvée depuis longtemps).
A peine installée en effet l’épouse demi-châtelaine éprouva une horrible jalousie à l’égard de cette ravissante belle sœur dénuée, elle, de la moindre méchanceté. Elle cherche aussitôt à l’éloigner.

Dans ce but, elle tua le cheval préféré de son Seigneur et maître et en accusa la pauvre Françoise, aussi bonne que pain blanc de farine moulue aux moulins du Blavet. René interrogea sa sœur. Pour toute réponse il obtint : “ Dieu seul et moi connaissons la coupable ”.

N’ayant pas réussi, l’infâme créature empoisonna le chien de tête de la petite meute de chasse. Identique calomnie de sa part, et semblable explication de Françoise.

N’y tenant plus la femme donna la mort à son premier né. Même accusation, même réponse énigmatique. C’en était trop pour le père. Furieux il voulut savoir coûte que coûte qui avait précipité son enfant dans la fontaine. Il entraîne la peu bavarde au milieu de la solitude de la Forêt.

Là, après avoir essayé par tous les moyens de lui délier davantage la langue, ivre de colère il devint brutal et coupa les deux mains de la jeune fille avec une bonne faucille.

La charmante créature ne laissa échapper ni plainte ni reproche, se contentant de demander à son bourreau de la placer sur un buisson pour que les bêtes errantes en l’achèvent pas. Il agréa la requête, et la jeta où elle désirait être mise, un petit hêtre tordu et feuillu au milieu d’épines.

Mais dans l’opération R. s’enfonça une épine noire dans le pied, et tandis qu’il s’enfuyait en hâte, il entendit ces paroles de la victime : “ Tant que mes deux mains ne seront repoussées, tu garderas vivante à même ta chair ce souvenir de ta mauvaise action. ”

Laissée seule, la pauvre Françoise avait heureusement comme amie fidèle et consolatrice une jolie petite chienne qui ne la quittait jamais, Netra, ce qui veut dire “ rien ” en breton.

Dès le départ du stupide mari, elle se mit à pleurer et sauter essayant d’atteindre sa maîtresse. Puis se rendant compte qu’elle ne pourrait la dégager elle résolut d’aller chercher du secours. Ayant couru, trimé beaucoup, le bon animal découvrit un riche château où un jeune homme très distingué, Roger de L. rentrait justement de la chasse, monté sur un superbe coursier et suivi de sa meute puis de ses valets.

Sans retard, Netra s’en approcha se mettant à tâcher de lui expliquer dans son langage ce qu’elle désirait. Par malheur le châtelain n’était pas encore assez expert en cette langue, expressive mais ne ressemblant à aucune autre, il ne comprit pas sa gentille interlocutrice. Il s’imagina qu’elle demandait de la nourriture.

Comme en ce manoir sa mère et lui ne savaient refuser, le cavalier donna l’ordre de conduire la chienne à la cuisine afin de la bien soigner.

Dame Mariette y commandant, présenta à la visiteuse un bon morceau de viande cuite, puis voulut la caresser. Hé bien oui ! elle était déjà loin emportant triomphalement la généreuse aumône sans y goûter. Lorsque la chienne eut rejoint son infortunée maîtresse, se transformant en infirmière, elle déchira sur la mousse le fricot et sauta, sauta jusqu’à ce que son amie blessée put saisir quelques bribes dans sa bouche.



a suivre.

---------------------------

des commentaires ????

.


Dernière édition par le Jeu 14 Fév - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 21:20

oh ...oui... vivement la suite!!! nous mettrons nos commentaires à la fin, pour ne pas perdre le fil!
...les contes et les légendes ne sont jamais trop longs!!! zou

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 22:00

Oh! Oui! C'est fantastique!! ye
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mar 12 Fév - 22:00

Merci Myosotis! zou
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mer 13 Fév - 12:57

Ahhhh! Je suis impatiente de lire la suite. Vais-je tenir? ko
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mer 13 Fév - 19:14

Françoise (suite )

Nullement découragée de n’avoir tout obtenu la première fois, Nétra recommença le voyage qu’elle fit alors assez rapidement ayant appris sa géographie locale (Les chiens l’apprennent sans difficultés de leurs nez et pattes, qu’ils sont heureux !).

Arrivée à la demeure seigneuriale elle trouva Roger dehors en compagnie de sa mère. Celle ci lui avait formé un cœur comme le sien. A la vue de Nétra, le Seigneur voulut chercher lui-même quelque chose pour la charmante quêteuse, prêt même à la suivre parce qu’intrigué par sa manière d’agir.

Cette fois, remarquablement intelligente, je vous le dis car j’ai connu son arrière petite fille, au lieu de s’enfuir avec le morceau telle une voleuse, la chienne allait et venait remuant sa courte queue devant le jeune homme afin d’indiquer une invitation à l’accompagner. Il la suivit.

Conduit par son petit guide, le châtelain s’avança à travers bois. Rendu à deux cents pieds du buisson il vit Nétra lâcher ce qu’elle portait et s’élancer sur le buisson de la malheureuse suppliciée, avec des cris de joie, signifiant : “ Courage me voilà, me voilà, avec de l’aide ! ”

la jeune fille se redressa un peu sur sa couche de douleur. Ses grands yeux limpides comme le firmament s’illuminèrent d’un rayon d’espoir. Ses joues pâles encadrées de longs cheveux épars donnaient à son visage l’aspect d’une vierge martyre avec un air de résignation (fard, m’a-t-on dit, employé de nos jours par beaucoup de dames).

S’approchant, le Seigneur crut voir une apparition plus charmante et plus idéale que jamais son imagination rêveuse n’aurait pu concevoir. Très ému et respectueux le seigneur Roger s’écria : “ Noble Damoiselle, quel monstre inhumain a pu oser vous mutiler ainsi ! Nommez le moi, et je le mettrai à mort ! je ne lui offrirai pas comme à un chevalier un combat noble et loyal, mais je l’abattrai comme une vermine immonde et cruelle qu’il est ! ”.

Tout en disant cela, il soulevait avec précautions délicates l’infirme pour la déposer sur la mousse au pied d’un hêtre. Il la pansa au moyen de fines bandes arrachées à son linge de gentil seigneur. Puis il la prit dans ses bras vigoureux il la porta aussi vite qu’il pouvait vers sa mère à la maison, sûr qu’elle serait accueillie avec sympathie puisqu’elle souffrait.

En effet, la bonne Dame lorsque son fils pénétra ainsi dans le château l’embrassa, fière et tendre. Puis elle donna un baiser de bienvenue à la jeune fille qu’il lui présentait. La charitable femme était habile ne l’art de guérir les blessures, et les pitoyables moignons furent rapidement cicatrisés.
Dès lors dans le cœur de la pauvre Françoise-aux-mains-coupées la souffrance s’effaça peu à peu, faisant place à un sentiment profond où l’amour mêlé à la reconnaissance s’allumait d’un feu entretenu par le jeune Seigneur. Bien que timide, il lui soufflait chaque jour à l‘oreille “ Ma mie je vous aime follement ”. Voyant que ces deux êtres délicats et purs faits pour s’entendre seraient sa joie, la Dame accorda sans hésiter son consentement au mariage.

La guerre lui avait pris déjà son époux, et ses fils aînés. La vie et la joie revenaient au manoir de la veuve. Hélas le bonheur, cette chose si rare se mesure souvent au pouce, et la peine à l’aune.

Il en fut ainsi de ce nouveau bonheur. Un matin un homme d’armes apporta un message du Seigneur de Rostrenen, dont Roger tenait son fief, de rallier au plus vite sa bannière pour partir à la croisade avec le Duc de Bretagne. Avec ce message la désolation était réapparue dans la noble demeure où la vie avait à peine commencé de s’écouler si heureuse.

Cependant personne n’ignorait au manoir que “ Noblesse oblige ”, aussi l’on fit vaillamment les préparatifs d’une telle expédition. Le jour du départ venu, le jeune Croisé embrassa bien fort mère et femme qui le lui rendirent à qui mieux mieux. Cela accompli, il enfourcha son cheval puis se retournant ensuite sur sa selle, en un geste gracieux le sourire aux lèvres leur envoya un baiser. Alors il éperonna sa monture laquelle partit au galop.

La scène changea alors. Le brave guerrier suivi de son écuyer ne craignit plus de laisser perler à sa paupière une larme d’amour tandis que les deux châtelaines en pleurs rentrèrent dans la grande salle ; elles y tombèrent à genoux priant Dieu, le meilleur des consolateurs.

Peu de mois s’écoulèrent, et la maman de Roger usée par les émotions multiples de sa vie s’endormit pour toujours entre les bras de sa belle- fille, qui pieusement lui ferma les yeux.



A SUIVRE


Dernière édition par le Jeu 14 Fév - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mer 13 Fév - 22:31

C'est magique de lire des histoires!
Je sens que cette nuit je vais en rêver et imaginer la suite en attendant demain. ki
Merci Myosotis de prendre le temps de l'écrire pour nous. zou
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Mer 13 Fév - 22:46

ai oui!!! et merci de venir nous taper cette belle Histoire dans le Jardin!
belle patience assidue! zou
...à suivre, donc! oh

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Jeu 14 Fév - 13:44

Françoise ( suite )


Françoise n’avait plus ni protecteur ni protectrice. Sa situation dans sa propre maison devint pitoyable. Certains serviteurs n’éprouvant aucune crainte d’une femme plus douce qu’une colombe et si incapable d’un reproche en prirent à leur aise.

La méchante belle-sœur ayant appris que Françoise vivait, sa jalousie se réveilla et elle se fit l’instigatrice de plus mauvaises dispositions encore, à commencer par l’intendante du manoir.

L’épouse du Croisé fit mander un courrier pour annoncer à son mari et la mort de sa mère, et la naissance de jumeaux. Elle croyait cet homme fidèle, mais soudoyé par une bourse d’or accompagnées de libations copieuses et des promesses de la maléfique intendante, il falsifia le message : “ Il vous est né deux jumeaux ” devint “ Votre femme a mis au monde un chat et un chien ”.

La réponse du Chevalier fut donnée comme suit : “ Gardez les quand même, jusqu’à mon retour mettez la mère au four avec ses nourrissons ”.

L’intendante fausse et pateline, effrayée de se compromettre trop si le Maître revenait de la Croisade, conseilla à son épouse de se dérober à sa fureur en emportant ses héritiers cachés dans un bissac, l’un devant, l’autre derrière, et de se déguiser elle-même en pauvresse.

Ainsi chassée par ruse, Françoise-aux-mains-coupées franchit le pont-levis du plessis, que l’on releva aussitôt derrière elle. La malheureuse ne possédait plus que le trésor souvenir vivant de celui qu’elle croyait à jamais perdu.

Après avoir marché à l’aventure elle passa près d’une fontaine. Elle avait très soif. Mais les mères savent souffrir pour la chair de leur chair, elle ne voulut pas boire à la fontaine, car se pencher eut été dangereux : un des petits pouvait glisser dans l’eau, et Françoise-aux mains-coupées ne pourrait le rattraper.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction de voir à cet instant un oiseau de Paradis se percher sur un saule au-dessus de la fontaine. En une pose engageante il indiquait l’eau et chantait “ buvez donc, buvez donc ”. La bonne créature hésitait, pourtant le charmant petit chanteur reprenait inlassablement sa courte phrase musicale.

Elle se baissa, et l’un des enfants tomba. Françoise instinctivement essaya de le saisir et parvint à le sortir de la fontaine d’une main qui dans son geste avait repoussé.

L’oiseau reprenant sa litanie invitative, la fugitive s’inclina à nouveau vers le bassin, et l’autre enfant éprouva le sort de son frère. La mère à nouveau s’efforça de repêcher l’enfant. Lorsqu’elle le sortit de la fontaine, elle avait deux mains.

Emue de ravissement, elle remercia le Bon Dieu qui avait envoyé le petit oiseau bleu. Elle remercia aussi bien sûr celui-ci, qui après lui avoir donné quelques instructions s’envola pour retourner en Paradis. Elle se voyait maintenant sans crainte pour soigner ses petits enfants et capable de travailler pour les nourrir.


A SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Jeu 14 Fév - 13:51

ye ye ye Elle a retrouve ses deux mains! ye ye ye

Je suis comme une gosse qui attend la suite avec impatience! ta
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Jeu 14 Fév - 14:26

ye Yesss! idem!!! oh oh

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Jeu 14 Fév - 14:36

Je vois qu'il y a de l'intêret.....pour vous fair patienter....j'ajoute un petit bout du conte.....mais il n'est pas encore fini.....



Pleine de courage la voyageuse reprit sa course sans omettre de suivre les instructions de l’oiseau de Paradis : “ munissez-vous d’une baguette de coudrier, et quand vous aurez trouvé un endroit à votre goût, frappez trois fois le sol avec cette baguette. ”

Elle suivit un chemin qui s’offrait à travers les landes vers le sommet d’une montagne haute comme sont les plus hautes montagnes de Bretagne, le Menez Hom, le Roc Trevezel et le Méné Bré.

Mais ce Menez là n’avait pas de nom connu. Lorsqu’elle arriva à son sommet, il y avait un espace découvert planté d’herbes fines et de fleurs sauvages entre landes et forêt. Au levant s’ouvrait une dépression peu profonde avec des plantes des marais, il en sortait un ruisseau qui coulait vers la forêt.

Le Bois commençait tout à côté et s’étendait vers le nord sur les sommets, mais toutefois après une trouée profonde : l’eau y cascadait entre des blocs énormes de granit arrondi, et parfois disparaissait. Elle finissait par se calmer en un étang d’argent tout en bas.

Au couchant, on voyait mille villages et collines de la Basse Bretagne, et vers le sud, tout de suite se continuait la crête du menez avec ses landes et des menhirs épars. Le Blavet était par-là bas sans doute, au-delà des monts, et le cher manoir qu’elle avait quitté. L’endroit lui plut, il avait comme un air de printemps et de bonheur.

Elle frappa donc trois fois de la baguette de coudrier. Aussitôt sortit de terre par enchantement un magnifique manoir plus beau que celui du Duc en la Forêt.

Un fossé et un petit mur rempart l’entouraient en carré, comme la merveille de Kerjean en Léon, avec des écuries des granges et des étables adossées au mur comme à Loguevel. Ces dépendances regorgeaient d’animaux paisibles, le jardin résonnait d’une musique charmante d’oiseaux inconnus, et les portes du château, car c’était plus qu’un manoir, ou alors un manoir comme on n’en fait plus ni en Léon, ni en Poher, ni en Tregor, au-delà de Bulat. Ni non plus en Basse Cornouailles .Au Pays du blé blanc, Vannes, je n’y suis jamais allé, mais il n’y en a pas non plus si leurs architectes n’y travaillent pas pour les fées.

La porte était ouverte devant elle. Des bahuts et des coffres renfermaient linge, draps de lin, vêtements simples et somptueux ; rien ne manquait, et tels ils étaient que Duchesse ou Reine n’en avait à sa disposition.

Quant au service, point de serviteurs. Au-dedans et au dehors, tout se faisait à la baguette, et depuis l’expression en est restée ; mais personne n’a plus aujourd’hui à son service comme alors, la baguette des fées.

Elle prit possession de ce vrai palais, digne de sa beauté, mais plus encore de sa délicatesse et de son cœur d’or, Françoise la vraie princesse.

Dans la salle à manger se trouvait servi un coquet repas sur une table garnie de vaisselle précieuse, des fleurs inconnues jetées avec goût à même la nappe de guipure y formaient une délicieuse harmonie de tons vifs, comme vous autres peintres de Pont Aven vous essayez d’en
imaginer.


A SUIVRE


Dernière édition par le Jeu 14 Fév - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Jeu 14 Fév - 14:40

On se croirait en Bretagne, la description est telle qu'on l'imagine très bien et ça me fait rêver! c

Un gros bisou pour toi Myosotis zou
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Ven 15 Fév - 14:15

Françoise (suite )


Françoise déposa ses enfants dans un berceau en forme de nid, garni de lingeries et de dentelles plus riches que n’en eut après la Duchesse Anne.

Qu’elle était exquise la nouvelle châtelaine occupée à son rôle de petite maman, attentive à changer ses bébés le sourire aux lèvres, pour la première fois de ses mains à elle. Son âme remplie de joie, jamais encore sa splendeur n’avait atteint un tel éclat. Presque toutes les mères, ma parole, doivent avoir le don de se transfigurer à chaque maternité, afin que les enfants dès les premiers regards fixés sur elles puissent en imprimer au plus profond de leur être l’image incomparable à nulle autre.

Les toilettes terminées vint le tour de donner la bouillie d’avoine au lait doux et les biscottes que les marmots avalèrent goulus, mieux qu’un jeune coucou vermisseau en nid de fauvette. Cela accompli, comme des indices de sommeil apparaissaient, Françoise ferma au-dessus du berceau des rideaux qui n’étaient que les deux ailes d’un oiseau dont la tête et le jabot tenaient lieu de crosse.

Ses soins maternels accomplis elle songea un peu à elle-même, car les femmes restent toutes coquettes sans qu’importe l’âge ou la situation.

Trois coups de la baguette, et ses cheveux furent coiffés d’une nouvelle façon, des vêtements luxueux se substituèrent à ses nippes, des bijoux discrets lui firent parure, et son alliance attachée d’un fil à son cou passa à son doigt ( mes fées, j’imagine que vous désireriez une description complète du costume de notre héroïne, si je m’abstiens de l’entreprendre c’est uniquement afin de vous laisser le plaisir de la concevoir à votre goût).

Françoise s’assit alors sur le coussin d’un grand fauteuil aux armes des seigneurs de L. et absorba rapidement son dîner. Elle aimait beaucoup les animaux (doux), elle en découvrit de peints ou sculptés, gravés, brodés de toutes les façons et tels que peintres et artistes eussent désiré en faire de pareils, animant avec abondance la décoration de la salle.

Les Oiseaux et les chiens dominaient ; l’un de ces derniers tout particulièrement attira son attention : on eut dit le portrait de sa fidèle Netra, que la méchante intendante avait fait tuer. Elle toucha de son morceau de coudrier la tapisserie, et sa chienne chérie se trouva sur ses genoux, lui léchant les mains, et même les mordillant un peu pour être bien sûre de ne se tromper. L’anneau semblait le troubler, une caresse changea le cours de ses idées enclines à la jalousie.


Comme venait le temps de dormir, une trappe s’ouvrit au plafond laissant passage au berceau et au fauteuil soulevés par une force invisible et à leurs occupants ainsi transporté dans une chambre à l’étage supérieur.

Là rien ne manquait, tout était luxe, silence et paix. Une douce lumière blanche semblable à la clarté du jour éclairait sans chandelles. Une crédence supportait des flacons de parfum en cristal et des aiguières d’argent remplies d’eau chaude ou froide.

Sur une autre tablette moins haute s’étalaient de multiples objets, dont certains même étaient alors inconnus, qu’une femme emploie à se parer. Auprès, des escabeaux portant des bassins de riche métal et de dimensions variées complétaient cet ensemble luxueux et confortable que l’on pouvait masquer par des rideaux.

Un lit de milieu entouré de tapis précieux en fourrure invitait eu reposavec à côté une corbeille destinée à la petite chienne. Toutes ces choses et mille autres, trop longues à inventorier même pour un notaire, ne déplaisaient pas certes à Françoise aux jolies mains vivantes, mais quelque chose la charmait, l’enchantait à un suprême degré, c’était un grand portrait de son mari.

Ce portrait était vivant, oui, j’ose dire vivant, attendu que du matin au soir on voyait sur la toile le Croisé en action ou au repos. Au premier moment, la châtelaine du Palais du Menez-aux-Fées, car on pouvait en vérité l’appeler ainsi, avait voulut faire comme pour la tapisserie aux chiens, toucher le portrait de sa baguette. Hélas ! Roger disparut. Et pendant un long moment elle ne vit rien. Il réapparut par la suite, mais elle n’osa recommencer l’essai de la baguette par peur d’une punition plus sévère.

Dès lors elle pouvait voir sur ce tableau Roger le Croisé en action, et ses faits et gestes étaient tous nobles, rien n’était susceptible de faire de peine à l’épouse. Parfois elle tremblait de le voir s’élancer contre les Sarrasins, mais elle était fière de son courage.

Pendant que la vie s’écoulait ainsi à Menez-aux Fées, calme et douce au chant des oiseaux des volières et des bois, Roger avait pris part à moult combats et la Croisade terminée cheminait vers sa demeure.

Enfin il aperçoit la tour haute sa monture pénètre dans la cour après une ultime cavalcade qui la met en sueur et même le flanc en sang. Du cheval à bout de souffle saute à terre le Croisé, et en coup de vent entre le maître au logis. La voix brève et autoritaire interroge l’intendante :“ Où est ma douce Dame, vite vite répondez, qu’il me tarde de l’embrasser ! ”

A cette apparition la mégère pâlit et murmure tremblante :- “ Noble Chevalier je n’ai as voulu exécuter la sentence de la jeter au four avec ses jumeaux, par charité je l’ai déguisée pour lui permettre de fuir. ”- “ Misérable, que veut dire ceci ? mais d’abord de quel côté Françoise s’en est-elle allée ? ”- “ Je l’ignore, mon bon Maître… ”

Dédaignant d’en entendre davantage à cette heure, le malheureux mari et son compagnon changèrent en hâte de monture pour commencer les recherches.En chemin, Roger revit l’endroit du supplice de celle qu’il aimait et s’y recueilli dans l’espoir d’une bonne inspiration. Les cavaliers chevauchèrent toute la fin de la matinée plus une partie de l’après midi à travers bois.

Alors le Seigneur Roger remarqua que des bandes de pigeons et de corbeaux se dirigeaient vers l’ouest, ce qui lui fit supposer l’existence dans cette direction de nouveaux “ convenants ”, avec des chaumières et des champs cultivés. “ Il se trouvera peut être là, dit-il à son écuyer, quelqu’un capable de dire s’il a vu Françoise. Impossible de ne pas remarquer une jeune femme si aimable et si bonne ........


A SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Ven 15 Fév - 17:58

Quel joie de retrouver Françoise aus mains coupées et qui ont repoussées tous les jours! ye

Il va la retrouver hein Myosotis? oh
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Ven 15 Fév - 18:41

:an: coquiiine! attends la suite!
de mon côté, j'ai commencé à imprimer! héhé!! zou

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Ven 15 Fév - 21:42

Je vois au moins qu'il y en a 2 qui suivent
félicitation.
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 14:13

Françoise (suite et fin )



Un cours repos accordé aux chevaux, recommença alors une course à travers la forêt, difficile pour tout autre qu’un chasseur exercé à l’observation.

De plus, un oiseau inconnu se montrait de temps à autre aux passages où ils hésitaient. Roger, convaincu qu’il s’était échappé d’une volière de noble Dame se décida à le suivre.

Bientôt ils arrivèrent à un sommet de la forêt dégagé, d’où l’on apercevait de grandes étendues qu’il lui semblait n’avoir jamais vues. A quelque distance sur un autre sommet apparut un château ignoré, et tel qu’il n’en avait jamais contemplé au monde.

Piquant des deux il franchit l’espace et pénètre en la cour.A cette approche, Françoise s’était travestie d’un coup de baguette en fille de service prenant soin des enfants qui jouaient dans le beau jardin.

Leur père ne put d’abord s’exprimer tant l’émotion lui serrait la gorge. Ses yeux remplis de tristesse revenaient toujours à ces mains qui tenaient les enfants. La femme, au comble du bonheur, ne disait rien cependant.

Au bout d’un temps de cet étrange silence de part et d’autre, Roger dit enfin : “ Je ne suis pas l’objet d’une illusion, malgré les apparences c’est vous n’est-ce pas ma douce Mie que je cherchais et pleurais ! ”

-“ Noble Chevalier, répondit-elle, que votre Grâce se remette et abandonne en paix une obscure fille, par hasard il se pourrait que ma Maîtresse connaisse cette Dame dont vous parlez. ”

Heureusement pour le Croisé les jeunes Seigneurs firent cesser cette épreuve d’amour que Françoise voulait imposer à son époux si longtemps supposé cruel, en effet ceux-ci s’écrièrent :

“ Petite maman chérie, c’est papa, car il ressemble à ne se tromper au portrait qui bouge, et devant lequel vous nous faites prier pour lui chaque jour ”.Les mignons enfants venaient (quoique ignorant l’orthographe) de rétablir le trait d’union entre ces deux êtres.

Car le voile de brouillard maléfique jeté entre les époux par les ruses de la méchante belle sœur et les mensonges de l’intendante complice s’était dissipé au soleil de l’amour.

La vie devint charmante au Menez-aux Fées, surnommé Menez-aux-Oiseaux, et sur le conseil de l’Oiseau de Paradis Françoise jeta sa baguette désormais inutile dans la cascade.

Roger chassait accompagné de sa femme, et bientôt d’amis, en attendant que les jumeaux puissent se hucher sur de vigoureux bidets de Briec. Les voisins aimaient cette maison hospitalière, et les pauvres la considéraient à l’égal de l’église comme une maison du Bon Dieu.

La renommée du bonheur de Menez-aux-Oiseaux franchit bois et monts et parvint jusqu’au frère de Françoise malgré les soins qu’avait sa méchante femme de lui cacher ce qu’elle pouvait apprendre.

Le malheureux était maintenant enfermé dans sa chambre, car ces années avaient vu accroître de façon inexorable l’épine enfoncée dans sa chair selon la prédiction de sa victime. Il n’osait plus sortir de sa chambre car elle atteignait maintenant la taille d’une branche, et il allait de mal en pis.

Il résolut donc d’envoyer en secret de sa femme supplier Françoise de venir à son secours.Le bonheur n’avait pas comme il arrive parfois rendu celle-ci indifférente aux autres. Sur la même blanche haquenée avec laquelle elle visitait pauvres, malades et vieillards, elle partit.

Introduite aussitôt son arrivée auprès de son frère, elle l’embrassa avant même qu’il ne prononce sa demande de pardon. Puis de ses mains repoussées elle enleva l’instrument du châtiment, et fit même disparaître la cicatrice de l’épine.

Confondu le coupable se jeta à terre et embrassait le bas de sa robe. Mais elle souriante lui dit : “ Relève-toi cher R. , saute au coup de ta sœur au lieu de faire le chien craintif qui a peur de sa terrible Françoise, elle qui ne sait pas pourquoi ! ”Touché enfin de cette miséricorde et de cette grandeur d’âme, le malheureux découvrit le véritable auteur de ses malheurs, et prit la résolution de mettre fin à la faiblesse qui lui avait jusque là voilé les yeux.

Il convoqua le Sénéchal de Carhaix et eut avec lui un long entretien. Ils ordonnèrent de dresser un grand feu et d’y jeter les instruments de sortilèges et de maléfices qui furent trouvés dans les coffres secrets de la méchante femme, pour voir comment elle réagirait.

Mais comme le feu commençait à monter, celle-ci s’en approcha pour en apparence y ajouter un bois, mais elle se pencha pour attraper avec ce bâton une fiole. Brusquement le vent rabattit sur elle ses flammes, et elle périt.

Certains assurent que l’Ankou par-là attirée l’avait poussée de sa faux, d’autres que le Diable était apparu dans un tourbillon de fumée et l’avait saisie, mais le grand-père de mon oncle le sabotier qui y était disait qu’il avait seulement entendu un cri strident.

Françoise, que l’on avait retenue dans sa chambre , pleura de n’avoir pu de ses mains miséricordieuses sauver sa belle sœur ; car de son cœur si pur elle avait vu les enfants qui apparaissaient à leur mère, et entendu celle-ci pousser un cri de repentir.



et FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 14:17

Alors mes chères fées, ce conte vous a-t-il plu ..... cr
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 14:24

ai Terrible!
voilà bien une Histoire que je garde précieusement dans mes Cahiers, désormais!
je te remercie d'avoir eu la gentillesse et le courage de nous la poster, de la taper,...et de la partager!
Un grand moment gravé dans le Jardin! Merci à toi, Myosotis! flo

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
samantha
DRUIDESSE
avatar

Nombre de messages : 2111
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 14:35

ye Je le savais qu'il la retrouverait! ko

Myosotis tu nous a conté une bien jolie histoire que je m'empresserai d'imprimer quand la gn d'imprimante voudra bien remarcher!

Mille mercis à toi pour la patience que tu as eu à nous écrire tous les jours des morceaux de cette belle histoire d'amour. cr
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis
Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 88
Localisation : sud ouest france
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 15:35

Mais cela a été un plaisir pour moi chère Samantha.....et Dame Louve, Je suis récompensée par votre intêret pour ce conte.

Si j'en trouve un autre, je vous le ferais connaître.

J'ai acheté à F Loisirs, le beau livre (Secrets de Fées).

on y trouve la description de 6 fées et leur chambres idéale.

chaque page s'ouvre sur un dépliant, qu'il faut ouvrir. magnifique.

malheureusement je ne sais pas à qui en faire cadeaux, mes petits enfants sont grands......aucun ne rêvent aux fées....je crois qu'il disent que leur grand mère radote. dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8962
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 15:41

fe Hoooo...ils découvriront bien vite que les Grand-Mères sont une mine d'Or et.... surtout d'Amour!
Tu pourras laisser ce Livre pour leurs Enfants à eux!
et eux-même, quand ils seront grands, ils seront bien heureux de retrouver un peu de Magie et de Féerie!
Tôt ou tard, ce que l'on sème, germe un jour! flo pa

Encore grand merci à toi, Myosotis! à très bientôt! zou zou

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
luna
Grand Elfe du Jardin
avatar

Nombre de messages : 1404
Localisation : Monde des Rêves
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   Sam 16 Fév - 15:52

magnifique histoire Myosotis fe
merci de nous l'avoir fait partager zou
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Françoise aux mains coupées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise aux mains coupées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jay, françoise] Les Enfants rats
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Françoise Sagan
» Marché Noël Françoise et Béné
» [Xenakis, Françoise] J'aurais du épouser Marcel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L-J-M :: AU JARDIN :: Bretagne, Terre de Légendes! :: Légendes-
Sauter vers: