L-J-M

Contes, Légendes, Traditions, Féerie,Ecriture, Graphisme
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 la massaï blanche...Corrine hoffman

Aller en bas 
AuteurMessage
ulysse
Lutin Sagesse
ulysse

Nombre de messages : 473
Age : 53
Localisation : paris
Date d'inscription : 17/06/2007

la massaï blanche...Corrine hoffman Empty
MessageSujet: la massaï blanche...Corrine hoffman   la massaï blanche...Corrine hoffman EmptyDim 24 Juin - 20:14

gan Je ne reviendrai pas sur le contenu ou sur un quelconque résumé de l’évocation de cet amour, pas une simple parenthèse dans la vie d’une femme, mais c’est sa vie…
En lisant ce magnifique roman, j’ai enfin saisi que Dieu n’était pas dans l’objet ni le désir de posséder, mais dans l’amour !
Corinne Hoffman, femme amoureuse, mieux que quiconque et par la simple évocation d’un sentiment, laisse apparaître au monde le signe de la perfection de la qualité de son cœur, toute la substance de cet amour naît dans cette phrase : « j’ai suivi obstinément le grand amour et j’ai vécu le ciel et l’enfer. Ce fut mon plus grand combat de survie……Un combat que ma fille Napirai et moi avons finalement gagné… » Je viens de tourner la dernière page, et dans ces lettres, jusqu’aux derniers mots, tout n’est encore qu’amour pour l’homme, sujet de ses souffrances.
Il n’y’a pas de véritable amour sans désespoir d’aimer de même qu’il n’y’a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre…(Ecclésiaste)
J’ai lu et aimer lire « la Massaï blanche », j’ai pénétré l’intimité de cette femme, je me suis nourri de ses sentiments et de ses pensées les plus secrètes. J’ai vécu ses moments de solitude comme ses instants empreints du parfum de l’exaltation, de la passion et de la sensualité.
C’est ainsi que de ce jour où j’ai refermé ce livre, me vient une réflexion, Corinne !

Ton amour, aussi beau, aussi pur soit-il, avait déjà le goût amer de l’échec, du jour même où ton regard s’était posé sur l’objet de tes tourments futurs.
Ce que tu voyais n’était pas l’homme auquel tu désirais appartenir, mais une citadelle d’une autre époque, d’un autre temps. Pour l’atteindre, Corinne, que de sentiers semés d’épines et d’embûches, que de tunnels obscures, dans lesquels tu te perdras et où ton âme et ton corps finiront par se dissoudre, sans jamais parvenir à voir la lumière et à réaliser ta joie d’aimer et d’être aimée.
Tu as voulu conquérir cet amour par le renoncement délibéré, volontaire, par la recherche du dénuement, mais là était ton erreur ; tu as nié ton existence, alors que l’amour est de partager ce que l’on a de meilleur et de faire accepter ce que l’on a de moins bon ; peu importe si un jour on rit et un autre on pleure. Cet amour a un prix très cher, ta perte ! C’est ta liberté que tu finiras par payer, Corinne !

Nos ancêtres disaient : « l’homme heureux n’a pas de chemise », mais ces ancêtres ne connaissaient pas encore la filature. Toi, Corinne, tu as su démontrer qu’il est bon d’avoir une chemise. Pauvre Lketinga, alors que notre bonheur, le tien aussi Corinne, consiste dans la réalisation de nos besoins, lui, aura plus d’une chemise mais le bonheur en moins !

J’aurai tant voulu que cet amour s’élève et vienne crever le ciel de sa lumière et de sa chaleur. Alors un seul vœu se serait imposé à moi ; il s’agit, avant tout, de vivre et d’être heureux…
cr
Revenir en haut Aller en bas
Béa
Rang: Administrateur
Béa

Nombre de messages : 8962
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 22/02/2005

la massaï blanche...Corrine hoffman Empty
MessageSujet: Re: la massaï blanche...Corrine hoffman   la massaï blanche...Corrine hoffman EmptyDim 24 Juin - 22:17

C'est difficile de venir discuter d'ouvrages que l'on n'a pas lus, mais il est vrai que depuis que tu es là, les références vont bon train, et c'est une mine de découvertes! merci à toi!

"L"homme heureux n'a pas de chemise"...un conte, s'intitule ainsi :
"la chemise de l'homme content". Tu pourras le lire dans "l'Arbre à trésors" de ce Jardin. je l'ai posté il y a quelques temps.

Pour ce qui est de cet amour... on est souvent prêt à beaucoup plus de concessions que l'on peut imaginer! mais jusqu'où?
il est vrai que malgré tout, les cultures sont parfois si différentes les unes des autres, qu'il est souvent probable que l'union mène à l'échec.
"rester soi-même" face à l'autre, c'est un acte d'honnêteté.
On ne trompe pas l'autre avec ses propres mensonges.

Parfois, un rêve n'a la place que du rêve.

bien à toi

_________________
la massaï blanche...Corrine hoffman Mini_380899boutpasmess
Revenir en haut Aller en bas
http://contesduchene.blogspot.com
 
la massaï blanche...Corrine hoffman
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hoffman, Mary] Stravaganza - Tome 4: La Cité des secrets
» [Hoffman, Mary] Stravaganza - Tome 3: La cité des fleurs
» [Hoffman, Alice] Les ensorceleuses
» [F] Hoffman
» Stravaganza de Mary Hoffman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L-J-M :: LE BOSQUET :: La Roseraie :: Divers-
Sauter vers: